Patrimoine et mémoire de Guyane - Voyagez à travers le temps | Site internet du CTG (Comité du Tourisme de Guyane)
French English Portuguese

Patrimoine et mémoire de Guyane - Voyagez à travers le temps

A l’image d’un récit romanesque entre tragédies et épopées, la Guyane s’est construite à partir d’une histoire bouleversante qui mérite d’être connue. 
 
La diversité des populations qui peuplent la Guyane contemporaine s’explique par une histoire singulière de ce territoire français d’Amérique du sud, situé en pleine Amazonie. 

S'intéresser au patrimoine et à la mémoire est une occasion de découvrir autrement la Guyane à travers ses vestiges, des lieux historiques, l'architecture ou encore ses musées.

Bien avant la colonisation

L’histoire de la Guyane ne peut se conter, sans rappeler qu’elle commence bien avant la découverte des Amériques par les européens.

Les conséquences de la colonisation et le choc des civilisations ont effacé peu à peu la mémoire du passé amérindien.

Les fabuleux vestiges datant de la période précolombienne, et surtout la présence de nombreux villages, contribuent à transmettre des traditions ancestrales aux nouvelles générations et au monde.

Les polissoirs, gravures, poteries et autres objets archéologiques qui sont observables sur différents sites, confirment la présence des Émerillons et Wayampis, 5000 ans avant Jésus Christ. 

Les migrations des différents groupes amérindiens dont Arawak, Palikurs, Kali’nas (anciennement Galibis), Wayanas, se feront progressivement entre le III et VIIIe siècle.

La colonisation : quand l’Europe faconne l’amérique

L’architecture des villes comme Cayenne, Kourou, Saint-Laurent du Maroni, témoigne de la longue période de « colonisation » qui a commencé depuis l’arrivée des européens au XVIe siècle avec Vincent Pinson.

Français, Espagnols, Anglais et Hollandais se sont succédés.

Les Français ne s’installent définitivement en Guyane qu’à la fin du XVIIe siècle.

A Cayenne, la Cathédrale Saint-Sauveur, la place des Palmistes devenue lieu de fêtes et d’animations, les bâtiments administratifs ou encore les maisons créoles aux couleurs vives, sont autant de constructions de ces époques. 

D’autres encore s’inscrivent dans un programme de restauration comme l’hôpital historique de Cayenne, Jean-Martial, destiné à devenir la « maison des cultures et des mémoires de la Guyane Jean-Martial ».

Les musées de Guyane sur Tripadvisor

L'esclavage : résistance et renaissance de l'Afrique en Amazonie

La Guyane n’a pas échappé à l’une des périodes les plus sombres de l’humanité. 

N’arrivant pas à asservir les amérindiens, les colons européens déportent des millions d’Africains dans les Amériques pour les réduire en esclavage afin de développer la région, exploiter le sous-sol et mettre en place une économie de plantations.

D’anciennes habitations et sites témoignent de ce douloureux épisode historique, et peuvent être visités comme l’habitation Vidal Mondélice ou le site de Loyola à Rémire-Montjoly

La période de l’esclavage a modifié la structure sociale de la Guyane, car les esclaves plus nombreux que les colons, sont devenus la communauté la plus importante de la population.

Le marronnage, mémoire de la résistance (naissance d’un peuple)

Les esclaves basés en Guyane Hollandaise (Surinam actuel) n’ont pas attendu l’abolition de l’esclavage en 1848 pour briser leurs chaines. 

Combattant l’armée hollandaise selon la pratique du marronnage, ils se sont installés à partir de 1776 du côté français sur les bords du fleuve frontalier, le Maroni.

Les « nègres marrons » appelés aujourd’hui « Bushinengue » deviennent ainsi une des composantes importantes de la société guyanaise. Ils conservent encore de nos jours dans leurs us et coutumes les influences venant de leur pays d’origines à l'ouest de l’Afrique. 

Il est possible de découvrir leurs cultures et traditions en visitant les différents villages sur le territoire comme sur le Maroni ou à Kourou. 

Extrait de danse Bushinengue (Clip de Rickman G-Crew / Je suis un boni)

Bagne : "L'enfermement" au paradis

L'époque du bagne a fortement participé à alimenter les aspects négatifs de l'image de la Guyane.

Installé en 1852 sous le second empire, le bagne entendait répondre au manque de main d’œuvre suite à l’abolition de l’esclavage.

La France a toujours voulu faire de la Guyane une colonie de peuplement. 

L’autre objectif qui était de également de transférer les prisonniers de droit commun et politiques le plus loin de la France hexagonale, n’a pas été de nature à valoriser l’image de la Guyane. 

Accueillant plus de 70 000 détenus, le bagne de Guyane a connu de célèbres déportés comme Alfred Dreyfus, Guillaume Seznec, Henri Charrière dit Papillon et bien d’autres.

Les vestiges des bagnes se visitent sur différents sites parmi eux les deux plus importants au camp de la Transportation à St Laurent du Maroni et aux Iles-du-Salut.

Construite par les bagnards, la Ville de Saint Laurent du Maroni affiche encore des bâtiments d’époque comme le Quartier Officiel surnommé « Petit Paris » ou les lieux carcéraux, qui sont conservés.

Les Iles du Salut, sont devenues depuis des années l’un des sites touristiques les plus fréquentés de Guyane, ne laissant aucune place à la mauvaise image de l'enfer carcéral. 

D'ailleurs, le célèbre journaliste Albert LONDRES décrit la situation en écrivant : « Les Français ont mis l’enfer au Paradis ».

Les derniers bagnards quitteront la Guyane à la fin de seconde guerre mondiale.

ile-du-salut.jpg

Ile du salut

 

 

La Guyane devient un département en 1946 et depuis 2015 une collectivité territoriale.

 

Un lieu de rencontre insolite

Les arrivées successives de différentes populations venues du monde entier (les colons européens, esclaves africains) à la rencontre des peuples autochtones ont façonné une société créole au 19e siècle. 

D’autres peuples, chinois, libanais, haïtiens, hmongs, sud-américains et habitants des Antilles, issus de migration du 20e siècle font de la Guyane une véritable nation arc-en-ciel pour reprendre l’expression de l'archevêque Desmond Tutu.

 

Pour en savoir un peu plus sur l'histoire, cliquez ici

Découvrez ici, la liste des sites patrimoniaux, culturels et des musées de Guyane

 

Le saviez-vous

  • L’arrivée de Vicent Pinson, qui découvrit la Guyane, s’est faite accidentellement suite à une tempête l’envoyant sur la côte nord du Brésil.
  • La Guyane redevient française à la fin du 17e sous le commandement du Vice-Amiral Destrée qui arriva sur le Mont Cépérou. Sur ce site, des fortifications et un bassin de captation d'eau seront construits et accompagneront le développement de la ville de Cayenne. 
  • Le nom du village de Saül, au coeur de la forêt Amazonienne, a pour origine le nom d'un orpailleur Sainte-Lucien appelé Sahul qui s'était installé à proximité du Mont Bœuf mort. L'histoire de la commune commence avec l’arrivée des populations originaires de Sainte-Lucie au moment de la deuxième ruée vers l'or autour du 1885.
  • Les conditions terribles de traitement au bagne ont été révélées au monde par le journaliste Albert Londres et par Gaston Monnerville, député de la Guyane. Ils ont mené une campagne de dénonciation qui aboutit à la loi mettant un terme à la déportation en 1936.
  • Félix Eboué fut le premier homme gouverneur noir d’une colonie française (Guadeloupe, 1936 à 1938). Il a été Gouverneur au Tchad en 1938. Les cendres de Félix Eboué furent transférées au Panthéon le 20 mai 1949. L’aéroport de Cayenne porte son nom.

 

Manifestations et évènements *

Plusieurs évènements se déroulent sur l’ensemble du territoire au cours de l’année pour commémorer ou valoriser le patrimoine et l’histoire de la Guyane. 

  • Hommage à Léon Gontran Damas (22 janvier)
  • Nuit Européenne des Musées (19 mai)
  • Commémoration de l'abolition de l'esclavage (début juin)
  • Journée Internationale des archives (04 au 08 juin)
  • Journées nationales de l'archéologie (en juin)
  • La nuit du SANPULA (en juillet) à Awala-Yalimapo, valorisation des savoir-faire patrimoniaux culturels
  • Histoire et mémoire de Gaston Monnerville (21 juillet)
  • Journée des peuples autochtones (en août)
  • Camp la nuit tombe (en août) à St Laurent 
  • Journée Européenne du Patrimoine (14 au 16 septembre)
  • Pangi Uman Festi (en octobre) à Maripasoula - Valorisation de l'artisanat traditionnelle
  • Le nouvel an Hmong (entre octobre et décembre) à Cacao
  • Les Jeux Kali'na (en décembre) à Awala-Yalimapo - valorisation des pratiques traditionnelles des Améridiens

* liste non exhaustive et susceptible de modification ou d’annulation. 

 

Circuit guyane evasion
Circuit histoire et culture avec Guyane Evasion

Découvrir la Guyane peut se faire en visitant des sites chargés d’histoire et d’émotion allant des visites guidées du Camp de la Transportation à St Laurent du Maroni, de l’ancien bagne indochinois Forestière, les vestiges (église, la cure, la maison des fous, le phare) du bagne aux Îles du Salut et des musées.

Participez aux activités des diverses populations (amérindiens, noirs marrons, créoles …) liées à l’artisanat (la construction de pirogues, vannerie, tressage, art tembé...), à la gastronomie (préparation du "couac" - farine de manioc, du bouillon wara plat typique guyanais, etc.)

 

Vous l’aurez compris, vous verrez la Guyane autrement.

 

Le programme complet ici

 

 

Dès

1189
1 chambre double pour 2 personnes

Partagez la page :