Découvrez les mesures sanitaires pour lutter contre la COVID-19 en Guyane, lire l'article

X
French English Portuguese
video

LA FORÊT, MATIÈRE PREMIÈRE DE L'ARTISANAT DE GUYANE

Ébénisterie, vannerie, tissage, poterie ou joaillerie, les artisans guyanais travaillent les matériaux offerts par la nature avec des savoir-faire ancestraux.

Ainsi, de génération en génération, se perpétue la célébration de cette forêt qui nourrit et protège. À l’instar du merveilleux métissage des populations qui y vivent, l’artisanat de Guyane se décline en une mosaïque de matières, de formes et de couleurs.

MENUISERIE, ÉBÉNISTERIE, CHARPENTE ET SCULPTURE : TRAVAILLER LA VARIÉTÉ DES ESSENCES DE LA FORÊT

Avec plus de 400 espèces d’arbres dans la forêt amazonienne, le travail du bois est l’un des principaux artisanats de Guyane. Il sert à la construction de maisons, de pirogues, d’objets du quotidien, mais aussi à l’art et à la décoration.

La multitude d’essences disponibles offre une gamme rare de densités, de teintes et de couleurs. Il y a des bois très recherchés comme l’acajou, l’ébène ou le bois de rose, mais aussi des essences rares ou inhabituelles offrant des motifs étonnants comme le bois d’amourette rouge-brun tigré, le moutouchi au veinage rouge et blond très marqué, le patawa strié noir et blanc ou le bois serpent d’un beige jaunâtre strié de marron.

N’hésitez pas à franchir le seuil d’un atelier de sculpteur sur bois. C’est en regardant le travail de l’artisan qui sculpte la matière brute que l’on mesure le travail minutieux de ces orfèvres du bois. Et si l’objet est beau à regarder, le tenir dans la main vous permettra de sentir la force du bois, son grain et sa texture.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Dans les carbets, habitat traditionnel en forêt, l’un des éléments essentiels est le ciel de case. Il s’agit d’un panneau circulaire qui soutient le centre de la toiture et revêt une grande valeur symbolique.

Généralement découpé dans les contreforts d’un grand arbre fromager, un arbre sacré pour les Autochtones, il est décoré d’animaux mythiques afin  d’éloigner les animaux indésirables et les esprits.

LA VANNERIE : L'ART DE TRANSFORMER FEUILLES, ÉCORCES ET LIANES EN OBJETS DU QUOTIDIEN OU EN OEUVRES D'ART

La vannerie, artisanat de prédilection des populations autochtones, fait usage d’une centaine d’espèces végétales différentes pour les transformer en objets du quotidien ! Les fibres d’arouman ou d’awara sont tressées pour se transformer en paniers, éventails à feu ou grandes corbeilles. D’autres plantes servent aux finitions : ligaturer les bords, teinter les fibres ou fabriquer des lanières ou des bretelles.

C’est pour l’alimentation que la vannerie est la plus utilisée. En effet, elle sert non seulement à fabriquer les contenants pour transporter et conserver les aliments, mais il y a également des objets servant à la chasse et à la pêche ainsi que des ustensiles de cuisine. Vous serez peut-être étonnés de découvrir que parmi les 200 formes de vanneries différentes qui ont été répertoriées, la moitié sert à la préparation du manioc !

Ces objets sont non seulement utiles, mais ils sont également très beaux. Ornés de motifs figuratifs ou stylisés qui représentent les mythes des peuples de la forêt, ils racontent leur histoire tissée dans celle de l’Amazonie.

La forêt fournit également une multitude de matériaux pour la confection de bijoux et pas seulement l’or ! De magnifiques parures, des colliers, des bracelets ou des boucles d’oreilles sont réalisés à partir de graines de végétaux enfilées sur des lianes ou de végétaux tressés.

 

 

L'ART TEMBÉ : UN ART DÉCORATIF BUSHINENGÉ (NOIR MARRON)

Cet art traditionnel des esclaves échappés des plantations du Surinam était initialement un moyen d’expression utilisé faute de savoir lire et écrire. À l'origine, il consistait en un entrelacs de formes géométriques noires, blanches et rouges peintes ou marquetées avec du bois précieux.

Quasiment disparu il y a quelques années, l'art Tembé s'est ouvert à une palette plus grande de matières et de couleurs et est entré à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel français en 2020.

Il s'affiche aujourd’hui sur les têtes de pirogues, les façades de maisons, les pagaies, les peignes et les textiles, mais aussi dans les galeries d’art sous forme de tableaux et de sculptures.

 

 

EN SAVOIR PLUS SUR L'ARTISANAT GUYANAIS 

Nous vous recommandons de visiter ces 3 lieux :

> Le Centre Amérindien Kalawachi (Kourou)

> La Maison de l’Artisanat traditionnel et des produits naturels de Guyane (Cayenne)

> Le Musée des Cultures Guyanaises (Cayenne)