Découvrez les mesures sanitaires pour lutter contre la COVID-19 en Guyane, lire l'article

X
French English Portuguese

Exposition "Art du Plastique"

SAINT LAURENT DU MARONI
13/11/2015 - 04/12/2015

L'office de tourisme de Saint-Laurent-Du-Maroni accueille dans sa galerie d'art l'exposition "Art plastique" de Fabiana Charlec

Cette exposition nous invite à revisiter notre relation avec le plastique,  "ennemi qui nous veut du bien", cette matière est complexe car elle s'est immiscée dans tous les espaces et tous les moments de nos vies.

Fabiana Charlec nous propose de réveiller nos esprits et nos yeux déjà habitués à (trop) voir cet intrus.

 info@ot-saintlaurentdumaroni.fr

A lire aussi

Inscription du Touloulou UNESCO

L'Observatoire a pour objectif l'inscription du Touloulou, pour sa sauvegarde sur la liste représentative du patrimoine culturel et immatériel de l'humanité par l'UNESCO.

Le Touloulou, ce personnage atypique est une femme entièrement déguisée et masquée. Elle impose ses caprices, farces et espiègleries aux cavaliers non déguisés, au cours de l'une des principales manifestations carnavalesques en Guyane, le "bal paré-masqué", unique au monde.

Cette pétition s'adresse à toute la population guyanaise et aussi à tous ceux hors de la Guyane qui soutiennent le carnaval guyanais et le Touloulou.

 

 

 

 

Participez : Signez la pétition

 

 

Les 10 commandements

Pour devenir touloulou : suivez tous nos conseils 

 

Avant d’enfiler votre belle robe, portez dessous :

  • Un collant de couleur pour cacher vos jambes.
  • Un tee-shirt en coton, pour rafraîchir votre peau et absorber la transpiration.
  • Une chemise large à manches longues d’hommes, qui tombent sur vos gants.

Puis enfiler votre tenue de carnaval.

Si vous êtes mince et souhaitez des rondeurs, portez un petit coussin (devant, derrière et de chaque côté des hanches) dans votre pantalon de préférence, pour éviter de perdre vos coussins. Votre silhouette déformée garantira votre anonymat.

A défaut de coussin, utilisez des chiffons ou de vieux vêtements.

Portez une ceinture pour hommes. Il est conseillé de ne pas trop serrer votre taille !

Sur la tête, portez une cagoule ou attachez-la avec un madras (un madras carré plié en rectangle à mettre sur le cou et attachez les deux pointes).

Portez :

  • Une perruque, pour cacher l’élastique du masque.
  • Un masque pour rester anonyme.
  • Un chapeau.
  • Des gants de mariages longs coordonnés à votre robe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à la page principale : Carnaval de Guyane

 

 

Histoire du carnaval guyanais

La naissance du carnaval

Le carnaval de Guyane a pour origine les carnavals européens. Initialement cette fête était exclusivement réservée aux colons. 

Défiant l'interdit, les esclaves organisent des fêtes clandestines. Seul moyen de retrouver un peu de liberté et de célébrer leurs traditions africaines. L'histoire a métissé le carnaval, reflétant ainsi toutes les diversités ethniques de la Guyane. 

 

Lancement des festivités : la renaissance du roi Vaval

La renaissance du roi Vaval lance les festivités du carnaval. Intronisé au début du carnaval, il meurt le mercredi des cendres, pour renaître tel le Phénix l'année suivante. Le roi Vaval célèbre toutes les races et les cultures de Guyane : la grâce des Créoles, la sensualité des Brésiliennes, la force mystérieuse des Neg'marrons.

Le roi Vaval est la mémoire de temps tragiques. Tragédie de l'esclavage, des champs de canne à sucre et du bagne : Vaval restaure la dignité de l'homme dans la liesse et l'excès.

L'apogée du roi Vaval est précédé des jours gras. Le lundi des mariages burlesques ; les hommes deviennent épouses et les femmes époux. Le mardi des diables rouges : tout le monde s'habille en noir et rouge. Vaval connaît son apothéose enflammé le mercredi des cendres.

 

 

Retour à la page principale : Carnaval de Guyane

 

Le carnaval dans tous ses états

Le carnaval guyanais se déroule au gré des spetacles des rues, des bals parés-masqués et des manifestations privées et familliales... le tout soutenu par les rythmes effrénés des orchestres carnavalesques.

Le carnaval des rues

Tous les dimanches du carnaval, chars décorés, déguisements, groupes chantants et dansants aux rythmes des percussions animent les rues des villes guyanaises.

Ces défilés enjoués sont suivis par une foule nombreuse qui se donne à cœur joie d’y participer.

Couleurs des costumes traditionnels des Nèg’marrons, Soussouris, Jé farin, groupes brésiliens, haïtiens et de quartiers : le carnaval est un feu d’artifice populaire.

La cavalcade s’achève par le vidé, dirigé par des orchestres électrisés perchés sur des camions. Danseurs et spectateurs les suivent jusqu’à épuisement !

Les communes de Kourou et de Cayenne proposent l’une après l’autre une grande parade, les deux derniers dimanches de Carnaval.
 C’est un spectacle d’environ 3 heures où les groupes à pied se parent de leurs plus beaux costumes et défilent sur un parcours prédéfini, qui comporte une tribune.

A l’issue de la parade, vous pourrez assister à l’élection du plus beau groupe.

f

Bals Parés-Masqués

Chaque samedi soir, les bals parés-masqués sont l'attraction majeure des festivités de la nuit.

Dans les dancings, devenus pour l'occasion "universités", les hommes sont invités par les Touloulous, mystérieuses cavalières masquées et encagoulées. Impossible aux cavaliers de refuser une danse !

Les orchestres animent le bal jusqu'à l'aube aux rythmes endiablés de mazurka, biguine, et piké djouk. C'est l'occasion d'être le plus beau Touloulou ou le meilleur danseur.

Depuis quelques années, le Touloulou a trouvé son pendant masculin. Les hommes masqués reprennent le pouvoir...ce sont les Tololos !

Pour s'imprégner des soirées Touloulou et qui sait, danser avec l'une de ses mystérieuses créatures, rendez-vous :

  • Chez Nana à Cayenne
  • Chez Polina à Matoury
  • La Kaz à Vaval à Saint-Laurent-du-Maroni

A l'aube, au bord de l'épuisement, le blaff, court bouillon traditionnel de poisson ou de crevettes aux épices créoles, récompense les efforts et déhanchements des danseurs. Une matinée de repos et c'est reparti...c'est le tour du carnaval de rue dominical !

 

 

 

Le carnaval en famille

Le carnaval offre une bonne occasion de se réunir en famille autour de la galette des rois. Les maisons se transforment en vastes ateliers pour créer des costumes pour la plus grande joie des petits et des grands. Les soirées familiales se développent à la fin du carnaval.

 

Pas de carnaval sans orchestres carnavaslesques

Les Mécènes sont certainement l'orchestre carnavalesque le plus célèbre de Guyane. On le retrouve chez Polina à Matoury. Leur chanteur vedette Bernard Inglis, décédé en 2002, est un monument du carnaval guyanais.

Retrouvez chez Nana au Soleil Levant les Blues Stars Féroces et leur chanteur vedette Victor Clet, dit Quéquette.

A la fin du carnaval, la salle du Grand Blanc à Macouria accueille les deux groupes pour un duel musical enflammé ! Un vrai régal pour les danseurs...

Venu d'Europe, le carnaval guyanais s'est exporté en Métropole...retour aux origines. Une formation accompagne les soirées en région parsienne et en province avec le groupe Dokonon. Rien de mieux pour réchauffer les longues soirées d'hiver !

 

 

 

Retour à la page principale : Carnaval de Guyane

A lire aussi : comment venir en Guyane